Charlette N’Guessan : Une data scientiste à suivre

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

En 2020 ,  Charlette récoit le prix africain pour l’innovation en ingénierie
et devient ainsi la 1er femme à remporter ce prestigieux prix à travers l’api BACE API que’elle a mis sur pied avec son équipe.

Charlotte est né en cote d’ivoire en 1992 et a fait ses études au Ghana.Elle étudiait à la Meltwater Entrepreneurial School of Technology (MEST) à Accra, la capitale du Ghana.
Là-bas, elle a travaillé avec une équipe de quatre personnes et c’est au cours de l’un de leurs projets de recherche en 2018 qu’ils ont décidé de créer BACE API, puis une société de logiciels.

elle lance son entreprise dans le domaine de l’intelligence artificielle alors qu’elle n’ait que 24 ans avec son équipe formée
de personnes incroyable et talentueuses pour ce projet innovant.

En 2020 elle met sur pied un système de reconnaissance faciale nommé BACE API.
 
un système de vérification numérique qui utilise l’intelligence artificielle
et la reconnaissance faciale pour vérifier l’identité des Africains à distance et en temps réel.

Une création résolvant le problème de reconnaissance et palliant
aux problèmes d’une reconnaissance traditionnelle qui consisterait à vérifier physiquement la photo d’une personne ou alors à vérifier
physiquement des empreintes digitales.

La technologie mise en place par Charlette N’Guessan utilise des images en direct ou des vidéos préalablement enregistrées
à partir d’un téléphone ou tout autre appareil. Puis à partir des algorithmes de reconnaissance faciale on devrait être à mesure de fournir plusieurs
informations comme par exemple dire si oui une image est une image d’une personne, dire à qui correspond cette image, etc… 
 
N’Guessan a déclaré que leurs recherches ont révélé que de nombreuses institutions financières des pays d’Afrique de l’Ouest ont de sérieux problème de de fraude lié à l’identité, estimant qu’elles dépensent jusqu’à 400 millions de dollars par an pour identifier leurs clients.
«Nous avons décidé d’apporter notre contribution en tant qu ingénieurs logiciels et data scientists en construisant une solution qui peut être utile pour ce marché», a ajouté N’Guessan.
 
Pour les sites Web et les applications en ligne intégrant l’API BACE, les utilisateurs seront vérifiés via leur webcam pour établir leur identité.
«Pour les personnes essayant de soumettre leur candidature, nous lui demandons d’allumer sa caméra pour s’assurer que la personne derrière la caméra est réelle, et non un robot.
 
L’API BACE fonctionne en faisant correspondre la photo en direct d’un utilisateur à l’image sur ses documents tels que les passeports ou la carte d’identité,
 
L’API BACE peut être intégrée dans des applications et des systèmes déjà existants pour la vérification d’identité et s’adresse principalement aux institutions financières du continent.

N’Guessan et son équipe ont remporté en Août  2020, le prix   Africa Prize for Engineering Innovation d’un montant de 25000 £ (environ 33000 $) pour BACE API. Cette Académie a été fondée en 1976 et récompense l’innovation en ingénierie en Afrique depuis 2014.
 

«Je serai heureuse si les gens sont inspirés par mon histoire, étant la première femme à remporter le prix Afrique Afrique pour l'innovation en ingénierie et par mon travail en tant que femme dans la technologie.

Charlette

Charlette met ce système en place sans avoir fait des études à l’étranger une autre grosse leçon de l’histoire comme quoi le continent regorge des universités capable de produire de talents à l’instar de l’université de HOWARD.

Génie d'afrique

Génie d'afrique

Information complète et en continu sur la technologie et science en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oser c'est avancé

Articles similaires

Manu Dibango

Manu Dibango, surnommé Papagroove ou Papa Manu, est un saxophoniste et chanteur camerounais de world jazz né le 12 décembre 1933 à Douala et mort