Le Burkina Faso prolonge l’interdiction d’accès à l’Internet mobile au milieu de l’indignation publique

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le gouvernement du Burkina Faso a prolongé de 96 heures l’interdiction d’accès à Internet mobile dans tout le pays. Une mesure qui arrive quelques jours seulement avant les manifestations prévues par l’opposition.

L’administration dirigée par le président Roch Marc Christian Kaboré, dans un communiqué de presse, a annoncé que la prolongation a été accordée en vertu d’une clause légale liée à la défense nationale et à la sécurité publique.

Les autorités ont fait cette déclaration au milieu de l’indignation croissante du public face aux meurtres en série d’extrémistes islamistes dans le pays.
 

Qu'est-ce qui a conduit à la fermeture?

 

La fermeture de l’accès à Internet via les réseaux de téléphonie mobile dans le pays a commencé samedi 20 novembre, les autorités citant une disposition constitutionnelle qui le permet.

Ces lois portent sur « la qualité et la sécurité des réseaux et des services, ainsi que le respect des obligations de défense nationale et de sécurité publique ».

Le gouvernement a suspendu les services Internet au cours du week-end après que des centaines de manifestants se soient rassemblés à Kaya pour bloquer un convoi de véhicules militaires français en route vers le Niger. Une première pour l’armée française établie dans la région depuis plusieurs décennies. 

 

Selon reuters, de nombreux manifestants ont été blessés lorsque des soldats français ont ouvert le feu sur une foule de civils, attisant l’opposition à la présence militaire française dans le pays.

La colère publique s’est dirigée contre la France, qui maintient des centaines de soldats stationnés dans la région en tant qu’ancienne puissance coloniale mais a été inefficace dans la lutte contre les attaques extrémistes.

Les manifestations contre le gouvernement et les soldats français alliés ont éclaté après que des terroristes présumés ont tué 49 policiers militaires et quatre civils près de la ville d’Inata, dans le nord du pays, le 14 novembre.

De nombreux policiers militaires tués à Inata ont été enterrés mardi lors d’une cérémonie que certains membres de leur famille et amis ont jugée avilissante. u

burkina

L'extension récente


La panne d’Internet devait prendre fin mercredi soir (25 Novembre 2021) . Mais le gouvernement l’a prolongé de 96 heures supplémentaires, citant la même exigence législative dans une déclaration signée par un porte-parole du gouvernement, Ousseni Tamboura.

Ceci, cependant, est un choc, car dans une déclaration aux journalistes quelques heures plus tôt, Tamboura a proposé une explication différente pour la panne d’Internet d’origine.

« Nous pensions que notre nation avait besoin de silence… afin de s’assurer que nous pouvions enterrer nos soldats de manière digne. » Cette restriction est strictement liée à cela », avait-il déclaré.

Manifestations persistantes à l’échelle nationale
Ces dernières années, le Burkina Faso a été confronté à des problèmes de sécurité croissants et les manifestants exigent que le président prenne des mesures ou démissionne.

 

Les opposants au président Roch Kaboré ont appelé samedi à de nouveaux rassemblements pour protester contre l’échec du gouvernement à contenir les effusions de sang des militants d’Al-Qaïda et des affiliés régionaux ouest-africains de l’État islamique.

La Coalition du 27 novembre, une alliance d’organisations de l’opposition et de la société civile, avait précédemment appelé à des rassemblements nationaux le 27 novembre pour attirer l’attention du gouvernement.

Selon la coalition, les manifestations prévues visaient à exiger la démission du président Roch Marc Christian Kaboré en raison de la détérioration de la situation sécuritaire dans le pays.

L’impact de l’interdiction sur les Burkinabés
Les pannes d’Internet en cours dans le pays ont eu un impact significatif sur la vie personnelle et les entreprises des Burkinabés.

Dans une interview avec VOA, les citoyens se sont plaints de l’impact de la fermeture sur eux et de ce qu’ils pensent du choix du gouvernement.

Un médecin, Alexi Sawadogo, s’exprimant devant une banque sur l’un des boulevards les plus fréquentés de la ville. a affirmé qu’il était là pour vérifier le solde de son compte parce qu’il ne pouvait pas le faire en ligne en raison de la panne.

«Ça nous déconnecte de nos amis qui sont à l’étranger, avec qui nous communiquons régulièrement», dit-il.

Il reconnaît que c’est à cause du convoi français qui a été bloqué dans le nord, mais soutient que l’insécurité n’est pas une explication viable et que la stratégie du gouvernement doit être revue.

Un étudiant universitaire, Ali Dayorgo, a déclaré que la fermeture avait affecté sa capacité à travailler et à apprendre les dernières nouvelles. «Je ressens la colère de la jeunesse», a-t-il exprimé.

Génie d'afrique

Génie d'afrique

Information complète et en continu sur la technologie et science en Afrique.

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Oser c'est avancé

Articles similaires

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x