Le génie nigérian Eze Nelson a fabriqué un groupe électrogène qui fonctionne avec de l’eau, et non avec de l’essence !

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Groupe électrogène hydroélectrique, par Nelson Eze

« Imaginez une société où vous iriez au marché, dans un magasin spécialisé acheter votre Groupe électrogène, et tout ce dont vous auriez besoin pour le faire fonctionner, ne serait pas du pétrole ou de l’essence, mais ce serait de l’eau; Imaginez cette société où même pour alimenter nos maisons, nous ne dépendrons plus du pétrole, si polluant pour notre environnement » !

C’est ainsi que le jeune prodige Nigérian Eze Nelson conçoit l’avenir et veut le vivre, depuis la mort tragique de son ami d’enfance suite à une asphyxie causée par un groupe électrogène à essence qui était en marche et qui était situé trop près de la maison durant cette nuit.

Depuis, Eze Nelson s’était juré d’arriver un jour à concevoir son propre groupe électrogène, un groupe électrogène qui n’aurait pas besoin d’essence pour fonctionner, mais qui produirait de l’électricité à partir d’une ressource naturelle non polluante : l’eau

Un Groupe électrogène qui fonctionne avec de l’eau, la promesse tenue…

Le jeune Eze Nelson est originaire d’Imilike-Agu, plus précisément d’Udenu, une zone de gouvernement local de l’État d’Enugu au Nigéria.

Cependant, Nelson ira s’installer à Akwa, la capitale de l’Etat Nigérian d’Anambra où il passera la majeure partie de sa vie et de sa scolarité.

Eze Nelson va d’ailleurs réussir à décrocher un diplôme de formation en ingénierie des systèmes d’instrumentation et de contrôle à l’institut de formation métallurgique d’Onitsha dans l’Etat d’Anambra.

Depuis tout petit et surtout depuis la mort de son ami d’enfance des suites d’asphyxie causée par les vapeurs d’un groupe électrogène à essence que ce dernier avait laissé fonctionner près de lui au cours de son sommeil, Eze Nelson a dédié sa vie à trouver des alternatives à l’utilisation des énergies fossiles comme source d’électricité.

Malgré les critiques et les moqueries de son entourage qui trouvait ses ambitions irréalisables, il ne lâche rien, continue de travailler et de se documenter pour parachever son œuvre.

Après plus de 16 ans de dur labeur et de travail acharné, Eze Nelson réussira à mettre au point la machine qu’il a toujours voulue, un groupe électrogène qui fonctionne non pas à l’essence, mais grâce à de « l’eau » !

Et ce n’est pas tout ! Durant ces années de travail, Eze Nelson s’est découvert une passion pour le bricolage, et ses recherches l’ont poussé à en faire bien plus pour la sauvegarde de l’environnement.

En effet, en plus de son fameux groupe électrogène, il a mis au point d’autres inventions toutes aussi incroyables ; il s’agit notamment d’une machine qu’il a appelé « Mgbanwe C12 » (signifie changement ou transformation), capable de transformer les déchets plastiques en un liquide inflammable qui en fonction des déchets transformés peut être du kérosène, du méthane, ou encore de l’essence.

Le Groupe électrogène hydroélectrique de Nelson Emeka, comment ça marche ?

 « S’il est possible de produire de l’électricité à partir de l’eau grâce aux grands barrages électriques, pourquoi ne pas concevoir un groupe électrogène plus petit fonctionnant sur le même principe pour servir le même but dans nos maisons ? »

C’est de cette idée géniale que va s’inspirer Eze Nelson pour mettre au point son invention qui est à 70 % composée de pièces recyclées provenant d’appareils industriels et d’appareils électroménagers qu’il a collectionnés çà et là.

Par exemple, en guise de coque pour protéger les propulseurs d’eau et le mécanisme intégré de l’appareil, Eze Nelson s’est servi d’une bouteille de gaz domestique de taille moyenne.

Ainsi, la taille de son groupe électrogène hydroélectrique n’est pas très conséquente, ce qui en facilite le transport et la mobilité.

Eze a donc équipé son ouvrage d’un panel de contrôle qui permet de contrôler l’appareil et d’en visualiser un certain nombre d’éléments tel que la tension produite au cours de son fonctionnement.

Pour enclencher le processus de fonctionnement justement, il suffit de verser de l’eau dans un réservoir transparent prévu à cet effet, de connecter l’appareil à une source d’alimentation qui dans ce cas est une batterie autonome.

Les propulseurs d’eau reliés au réservoir se mettent en marche et font tourner l’eau sur elle-même, puis des générateurs se chargent de convertir toute cette énergie générée en énergie électrique, et le tour est joué !

De la démonstration qu’il en a faite, la machine est pour l’heure capable d’alimenter des ampoules, des ventilateurs, ou encore des téléviseurs.

Selon ce dernier, ce groupe électrogène hydroélectrique est capable de générer jusqu’à 1 000 watts de puissance électrique, pour une tension fluctuante entre 220 et 240 volts.

Des Innovations pleins la tête

Tous les concours auxquels le jeune Nigérian a pris part avec ses inventions, il est toujours parvenu à en remporter les meilleurs prix.

C’était déjà le cas en 2011, alors que son œuvre n’était encore qu’en phase expérimentale, elle lui a permis de rempoter plusieurs médailles d’or au concours Akwa-Ibom des sciences et des techniciens Juniors.

Sans compter qu’à de nombreuses reprises, il a représenté l’État d’Anambra qui, grâce à ses innovations, est arrivé premier à des expositions technologiques dans la capitale Nigériane Abuja.

Le jeune Eze Nelson ne compte pas en rester à ce niveau de performance. Il parle d’améliorer ses innovations qui sont légions et qui verront le jour au fur et à mesure.

Pour le moment, il veut mettre l’accent sur ses deux premières innovations, en faire la promotion, et ainsi aider les gens autour de lui à avoir accès à des sources d’électricité gratuites et naturelles.

Malgré le manque d’accompagnement de son gouvernement, il espère que les médias ne serait-ce qu’africains l’aideront à trouver des investisseurs qui seront intéressés par ses œuvres. Pour l’heure, Nelson Eze travaille à former des jeunes et à leur transmettre ses connaissances et sa passion pour le bricolage et l’invention de technologies utiles aux communautés.

Génie d'afrique

Génie d'afrique

Information complète et en continu sur la technologie et science en Afrique.

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oser c'est avancé

Articles similaires