UN PRODUIT À L’ÉTAT BRUT AU SEIN DE LA NASA

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Le Docteur Olivier Kouadio Obrou est le premier et le seul ivoirien à avoir intégré l’illustre institution la NASA. Il rejoint ces confrères africains dans cette prestigieuse école en 2003. Il est également membre d’African Radio Network (Afranet) où il œuvre pour moult projets afin de mettre en exergue et populariser les Technologies de l’Information et la Communication en Afrique. Ces différents projets permettront de résoudre le problème de surtaxe des frais de communication dans le continent africain.

I- BIOGRAPHIE

Olivier Kouadio Obrou est venu au monde le 1er janvier 1969 à Assié-Orié en Côte d’Ivoire.

II- PARCOURS ACADÉMIQUE

Olivier Kouadio Obrou fait ses études primaires à l’école Primaire Publique d’Assié-Orié dans la Commune de Yakassé-Attobrou en Côte d’ivoire.
En 1997, à l’Université de Cocody, Olivier Kouadio Obrou obtient le doctorat en Physique de l’Atmosphère sur le thème « Electro jet équatorial : Etude à l’aide du modèle physique local de Richmond. Analyse comparative avec les observations ».

III- PARCOURS PROFESSIONNEL

Olivier Kouadio Obrou est professeur en physique de l’atmosphère à l’Université Félix Houphouët Boigny.
De 1998 à 2003, il est membre du syndicat des professeurs d’Université d’Abidjan.
Après sa thèse, Olivier Kouadio travaille au laboratoire Aeronomy and Radio Propagation Laboratory situé au centre international de physique théorique (ICTP) de Trieste en Italie.
En Juin 2003, il rejoint la renommée institution la NASA lors du programme de visiteurs temporaires organisé par cette institution. Au cours de ses activités de recherche, elle travaille en collaboration avec les chercheurs du monde entier. Cette école spécialisée dans les travaux de recherche de l’espace et de l’aéronautique a 9 centres de recherche aux Etats-Unis. Dr Kouadio Obrou travaille précisément au Goddard Space Flight Center à Greenbelt, dans l’Etat de Maryland, le centre qui se trouve près de Washington DC, quartier général de la NASA.
Pour résoudre les nombreux besoins en technologie auxquels l’Afrique fait face, il bosse à l’intérieur d’une organisation appelée Afranet (African Radio Network) dans le but de promouvoir et vulgariser les nouvelles technologies de l’information en Afrique. Cet originaire de la Côte d’Ivoire ne mène pas cette tâche seul, il est accompagné de quelques africains.
Depuis 2003, Dr Kouadio est Coordinateur national de l’année héliophysique international et président de la mutuelle de développement socio-économique.

IV- TRAVAUX DE RECHERCHE EN COURS

Le domaine de compétence d’Olivier Kouadio Obrou est d’analyser le comportement d’une couche de l’atmosphère ayant des effets sur la propagation des ondes qui transportent par l’espace. En d’autres termes, il évalue le comportement de l’atmosphère face aux communications entre les satellites et les stations de reception au sol, et des petites ondes employées par certaines chaînes de radio pour protéger le monde de leur production. Grâce à son domaine de définition, il est auteur de plusieurs travaux de recherche. Tels que la mise sur pied d’un projet d’identification des habitants à partir des adresses électroniques physiques. Ce projet permettra de défaire l’épineux problème technologique que connait la Côte d’Ivoire.

V- PERSPECTIVES POUR L’AFRIQUE

Avec les membres d’Afranet, Olivier Kouadio Obrou continue les recherches dans différents domaines dans le but de faire décroître les coûts de la communication en Afrique en particulier et dans les autres pays en général. Il veut mettre sur pied un projet d’identification des habitations à partir des adresses physiques exactes. Cependant, l’application des résultats des recherches n’est pas un long fleuve doux en Afrique. Et il exprime son mécontentement en affirmant : « En Afrique et particulièrement en Côte-d’Ivoire, nous avons des idées et souvent de très bonnes idées. On a dans nos tiroirs toutes les solutions de nos difficultés. Malheureusement hélas, on ne va jamais au-delà de nos propositions. Nous cultivons, et je ne sais ce, à quoi cela est dû, une attitude d’attentisme déconcertante. Des amis et moi avons un projet d’identification des habitations à partir d’adresses physiques exactes. Nous pensons que c’est l’une des bases du développement qui a souvent été négligées par nos pays. Par exemple, Si votre banque vous expédie votre carte électronique à l’adresse physique qui lui a été fournie et qu’elle constate des opérations effectuées à partir de cette carte. Elle n’aura pas d’inquiétude à se faire car à tout moment elle sait où vous trouver. Cette base de donnée sera expérimentée à partir d’un village dont je ne citerai pas le nom pour l’instant».

VI- CONTACTS

Gladys TAPKO

Génie d'afrique

Génie d'afrique

Information complète et en continu sur la technologie et science en Afrique.

4 réponses

  1. Le vrai problème est que nous voulions étudier mais ne nous ne disposons pas d’infrastructures nécessaire pour les études, moi je suis de l’université Félix Houphouet boigny de cocody Abidjan
    Je suis en licence 2 de l’unité de formation et de recherche des Sciences économiques et des gestion…….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oser c'est avancé

Articles similaires